Les questions que je me pose sans arrêt dans les transports publics berlinois


Berlin, Humeurs / lundi, septembre 19th, 2016

On dit souvent que les Français sont de vrais râleurs… eh bah oui, je ne l’ai jamais vraiment assumé moi-même, mais il se trouve que je râle aussi (intérieurement) chaque jour, du réveil matinal à l’heure du dodo, en passant par les transports BVG pour aller au boulot et les soirées au bar. Et d’ailleurs, quand on prend les transports en commun, comprenez vite pourquoi. En fait, ce ne sont même plus des questions, cet article est devenu un cahier de doléances. Veuillez m’excuser d’avance pour les gros mots et mes expressions puériles.

bvg you drive me crazy

  1. Pourquoi les travaux durent aussi longtemps? Ça fait déjà plus de 5 ans! (tous les matins quand je passe à Warschauer Straße)
  2. Pourquoi les gens bizarres s’assoient toujours à côté de moi?
  3. Pourquoi tu nous fais chier avec ton Fahrrad dans le S-bahn alors que c’est l’heure de pointe?
  4. Tu pourrais juste me laisser 3 petits centimètres de la barre pour que je puisse la tenir au lieu de t’affaler en écrasant mes doigts?
  5. Tu pourrais éviter de me montrer ton Arsch à travers la vitre à côté de moi?
  6. Tu pourrais pas avancer un peu plus au fond pour faire rentrer tout le monde au lieu de rester planté au milieu, là comme un buisson inutile?
  7. Tu pourrais pas plutôt laisser les gens sortir du train au lieu de nous rentrer dedans, on spielt pas à Tetris!
  8. Pourquoi vous vous mettez à gauche des escalators sans bouger? On veut monter/descendre plus vite nous!
  9. Pourquoi tu te dépêches pas, alors que tu voulais tellement me dépasser pour sortir de la station? Tu vois pas que tu fous un sacré bouchon dans les escaliers!
  10. Tu pourrais pas écouter ta merde musicale avec tes écouteurs au lieu de violer nos oreilles?
  11. Pourquoi les fenêtres sont toujours fermées alors qu’il fait humide 40 degrés dans le S-Bahn?
  12. Pourquoi tu sens aussi mauvais des aisselles? C’est la grève de la douche ou quoi?
  13. Tu pourrais pas arrêter un peu de racler ta gorge toutes les 3 secondes, pardi!
  14. Vous pourriez pas parler moins fort, là de bon matin? Je m’en fous de votre vie! Leiser les cocos hein!
  15. Tu pourrais pas dégager tes sales pieds du siège? C’est dégueulasse!
  16. T’as pas mieux à faire que de regarder mon téléphone ou lire mon bouquin par-dessus mon épaule?
  17. Tu pourrais pas laisser les portes se fermer alors que le signal a retenti! Allez ouste zurückbleibt!
  18. Au lieu de te coller à moi, tu pourrais pas plutôt utiliser tout l’espace de ton autre côté?
  19. Pourquoi tu me fixes du regard comme ça, tu me connais pas, espèce de looseuse!
  20. WAAAAS? Il est même pas encore 9 heures du matin en plein milieu d’une semaine et tu ouvres déjà ta bouteille de bière, gamine?

Bon j’arrête! Mais svp, rassurez-moi… je ne suis pas la seule à penser ainsi, n’est-ce pas?

 

6 réponses à « Les questions que je me pose sans arrêt dans les transports publics berlinois »

  1. Tu m’as fait rire mais alors là je crois que les voisins mon tous entendu !! Et oui, je te comprends. Les travaux put***, à Hambourg je n’en pouvais plus !!! Les mecs qui te prennent toute la barre alors que tu essaies de ne pas tomber… m’enfin bref, je râlais contre le métro parisien mais en Allemagne on en tient une bonne couche aussi !! Ma petite histoire (et après j’arrête parce que mon commentaire sera trop long) du vrai stéréotype « c’est mon droit » : une jeune fille dans le métro assise occupait deux sièges parce qu’elle avait un gros sac de voyage. Impossible de le mettre par terre. Nous n’étions pas en heure de pointe (donc de la place) mais une dame avait estimé qu’il était dans son droit d’avoir cette place. Alors… elle l’a fait savoir…

    1. Han ouais! Ces questions-là, je me le pose chaque jour dans les U et S-Bahn et il m’arrive d’un coup de penser aux métros parisiens et soudainement, je me sentais un peu mieux :D.
      C’est incroyable, ces gens qui laissent traîner leurs bagages sans gêne, sur 2 sièges. Si j’avais été à sa place, je me sentirais déjà coupable avant que quelqu’un rentre dans le train 😮

    1. Ouf! Enfin « ouf »… merci de m’avoir rassurée! Je sais que je ne suis pas la seule à me lamenter sur mon sort sur ces petits malheurs quotidiens. 😀

  2. Je pense pareil ! Tous les matins ! Et en plus :
    – « quoi encore un red signal ? C’est quoi ce coup-ci?! »
    – « train annulé car pas assez de staff, c’est quoi ce routage de gueule » (ça peut arriver mais toutes les semaines c’est lourd)
    – « train en retard à cause de pluie/vent/neige/soleil… Nan mais faut le dire si vous voulez pas les faire tourner ! »
    Et enfin: « 50 livres par semaine pour un service aussi mauvais, c’est vraiment plus possible ».

    J’en aurais sûrement d’autres, mais ça ne me revient pas 🙂

    1. Argh ouuuuuaisss!!! (et là, tu me vois en train d’arracher les yeux de mes orbites à force d’énervement :D) j’ai vraiment envie de dire: « hé oh! faites pas comme les Français, hein! ». Tu paies 50 livres par semaine, Lucie? :O C’est expensive!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.