Une semaine à Nauders, dans le Tyrol


Europe / dimanche, juillet 18th, 2021

Ce fut une belle semaine de bol d’air autrichien, entre les montagnes, les lacs, la relaxation au spa et la bonne bouffe à Nauders dans le Tyrol ! Je vous raconte tout ça en images.

Voilà plusieurs années que Sab et moi n’avions plus fait de longs week-ends entre filles (soit elle venait me voir à Berlin, soit je descendais lui faire coucou en Suisse). Entre les frontières qui s’ouvraient tout doucement et le fait de ne pas avoir pris de vraies vacances depuis plusieurs mois, il faut admettre que c’est le bon moment de sortir de la bulle berlinoise, le temps de se ressourcer. Je pris l’avion pour la rejoindre à Bâle et fis le chemin avec elle en voiture.

Le road trip a duré environ 3h30 (pauses incluses) depuis Bâle et était plutôt agréable, bien que raide dans beaucoup de virages, avant d’atteindre notre destination finale, Nauders. La ville en soi, est tout à fait charmante, entre le concentré de maisonnettes et la grandeur des montagnes en arrière-plan.

nauders

Premières impressions de Nauders

La ville se nourrit vraisemblablement des commerçants spécialisés dans les vélos (plus particulièrement pour l’enduro VTT ou l’all-mountain) et les sports d’hiver, ce qui a du sens au vue des paysages dans les alentours. Bien que non populaire par rapport aux autres villes d’Autriche, Nauders est vraiment unique par sa proximité des stations téléphériques et les jolis chemins vers les sentiers les plus difficiles. À 10 minutes en voiture, on accède facilement la frontière italienne, tout juste à côté du lac Reschen (Resia en italien), bordant une vieille tour d’église, seule trace restante d’un village englouti dans les années 50.

lac resia clocher

Rando à Nauders

Pour ce post, je retiendrai surtout deux itinéraires de randonnées qui m’ont le plus marqué :

telepheriques-nauders

De la station téléphérique Bergkastel aux « lacs dorés », dits Goldseen :

On rencontre dans ce chemin, quelques vieux pins, des tas de pierres, des ponts en bois ainsi que de jolis rosiers alpins. J’ai dû maintes fois, m’arrêter afin de reprendre mon souffle pendant quelques minutes comme l’ascension me semblait interminable. J’avais comme repère une grosse pierre que je considérais comme la moitié du chemin. On était proches aussi apparemment des terriers de marmottes sur la dernière colline avant les lacs. L’effort a payé quand on découvrait les deux lacs aux eaux cristallines. La végétation se faisait moindre et était riche en gravats. Cette marche d’enfer qui a duré un peu plus de 3h30 (aller-retour) s’étendait sur un peu plus de 6,5 kilomètres, une distance relativement raisonnable, mais avec un nivelé de presque 400 mètres, je me demandais si c’était le bon moment pour pleurer, dû à la fatigue et ma misérable endurance. Détails ici.

goldseen nauders
lac-goldseen

De Bergkastel à « Plamort »

L’itinéraire fut moins laborieux que celui mentionné ci-dessus, mais réalisant la « proximité » avec un autre point de vue, qui n’est pas forcément cité par les tours, on a bien voulu donner 40 minutes de plus de notre temps et c’était sans regret ! Le chemin paraissait sympa aussi à vélo mais certains sentiers nous semblaient quand même difficiles, en voyant quelques cyclistes galérer. On voulait principalement voir Plamort, une colline où sont dressés des barrages anti-char et des bunkers à la frontière italienne. C’est fou de réaliser qu’un endroit paraissant isolé à 2200 mètres d’altitude, fut également le théâtre d’un passé mouvementé. En regardant sur la carte, on s’interrogeait de la distance et le niveau de difficulté à marcher. Finalement un passant nous a dit que le chemin était gérable à pied, raison suffisante pour finalement prolonger notre marche ! Détails ici.

Ce fut une très très bonne décision et nous avons été récompensées par la vue sublime du lac Resia/Reschen bordant le village Graun im Vinschgau (Curon Venosta en italien).

Hébergement à Nauders

Pendant notre séjour, nous avions eu la chance d’être hébergées en demi-pension à Mein Almhof, un vrai petit paradis pour reprendre nos forces. L’hôtel fut longtemps fermé (vous connaissez les circonstances) et a été pendant tout ce temps rénové pour rouvrir une semaine avant notre arrivée, ça sentait le neuf. L’accueil fut le plus chaleureux que je n’ai plus reçu depuis le Japon, Sab me disait que les Autrichiens font partie des plus gentils hôtes, chose vraie pour notre expérience en tout cas.

chambre mein almhof nauders
vue chambre mein almhof nauders

Le bémol fut de se faire tester tous les 2-3 jours, s’assurer de ne rien attraper et/ou contaminer, d’autant plus qu’on pouvait circuler sans masque comme au bon vieux temps, ce fut tellement agréable. De la réception au personnel de spa en passant par les bartenders, nous nous sommes bien fait chouchouter entre cocktails, sauna et piscine extérieure sur le toit. Notre chambre en deux étages donnait une belle vue de Nauders, avec un balcon. Les dîners dans cet hôtel furent également frais, recherchés et absolument divins. Les supers serveurs ne nous ont vraiment pas menti ! On reviendrait bien en Tyrol pour réitérer cette agréable expérience, à bientôt !

cabillaud lentilles mein almhof
crumble marilles mein almhof

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.